Orfèvre

Si ce bandeau n'est plus pertinent, retirez-le. Cliquez ici pour en savoir plus.

Cet article ne cite pas suffisamment ses sources ().

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références »

En pratique : Quelles sources sont attendues ? Comment ajouter mes sources ?

Orfèvre à l'exposition universelle de Paris (1889)

L'orfèvre est un artisan et marchand qui fabrique et vend des objets d'orfèvrerie, ouvrages d’or et d’argent, de platine ou de tout métal précieux. Ce métier existe partout dans le monde et son histoire remonte à la Préhistoire[1]. Il est proche du métier de bijoutier[1].

Étymologie

Un orfèvre polonais au travail.

Le nom d'orfèvrerie vient du latin auri et faber, ce qui veut dire « artisan de l'or ». L'orfèvrerie désigne le travail des métaux précieux, essentiellement l'or et l'argent. Cet art est traditionnellement rangé parmi les arts mineurs.

Le métier d'orfèvre regroupe en réalité plusieurs spécialités qui peuvent devenir des métiers à part entière : planeur, tourneur-repousseur, monteur, ciseleur, polisseur-aviveur.

Techniques

L'orfèvrerie fait appel à diverses techniques, parmi lesquelles la ciselure, l'estampage, la gravure, le poinçonné, le repercé ou découpage à jour et le repoussé.

Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Votre aide est la bienvenue ! Comment faire ?

Spécialités

Matériel d'un atelier d'orfèvrerie donné par l'artiste Fernando Marmolejo au musée des arts et costumes populaires de Séville.

Planeur

Le planeur effectue la mise en forme d'une pièce. La forme est obtenue par martelage, en employant des techniques de forge et dinanderie : l'emboutissage et la rétreinte pour la mise en forme proprement dite puis le sous-planage et le planage.

Tourneur-repousseur

Le tourneur-repousseur met en forme les pièces à l'aide d'un tour. Il utilise pour cela des outils à repousser, lui permettant de plaquer la feuille de métal initiale sur une forme insérée dans le mandrin.

Ciseleur

Article détaillé : Ciselure.

Le ciseleur se charge de réaliser les détails sur la pièce, en utilisant une technique particulière de repoussage du métal, la ciselure. Cette opération se fait sur des pièces planées ou tournées et leur donne ainsi leurs détails et ornements. À ce stade peut également intervenir une découpe pour la création de jours.

Le ciseleur se charge également de reprendre les pièces de fonderie, afin de les retravailler. Après un ébavurage, le ciseleur pourra procéder à une finition en créant des mats ou des motifs.

Monteur

Le monteur s'occupe de l'assemblage des pièces constituant l'objet. Son travail est essentiellement lié aux techniques de soudure et de finition d'aspect extérieur. Il s'occupe également des pièces destinées à être dorées ou argentées.

Polisseur-aviveur

Article détaillé : polissage.

Le polisseur est chargé de s'occuper de la finition et de l'état de surface des pièces, à l'aide d'un tour à polir, ou à la main.

Restauration d'orfèvrerie

La restauration d'orfèvrerie emploie diverses techniques afin de redonner aux pièces leur éclat d'antan. C'est essentiellement un travail de planage, de montage et de polissage qui attend l'orfèvre, bien qu'il soit fréquent d'effectuer des découpes, des moulages, des brasures ou de la ciselure. Dans tous les cas, il faut au préalable identifier les pièces (historique et origine) et repérer leurs points faibles afin de planifier un devis.

Réglementation

Article détaillé : Poinçon (métal précieux).

En France

Article détaillé : Poinçon (métal précieux, France).

Le travail des métaux précieux est soumis à réglementation, afin d'éviter que des pièces soient d'une valeur en métal inférieure à la loi. La vérification du taux de métal précieux amène à l'apposition d'un poinçon de contrôle. L'orfèvre marque également la pièce fabriquée de son poinçon d'identification. Autrefois, outre le poinçon de l'orfèvre et le poinçon de garantie, les objets d'orfèvrerie étaient frappés du poinçon de charge et du poinçon de décharge du fermier des droits de marque.

Depuis le , le métier d'orfèvre est reconnu comme étant un métier d'artisanat d'art[2]. L'essentiel des formations d'orfèvre sont sanctionnées par un certificat d'aptitude professionnelle[3].

Orfèvres célèbres

Damoclès (mythologie)

Cette section est vide, insuffisamment détaillée ou incomplète. Votre aide est la bienvenue ! Comment faire ?
Voir la catégorie : Orfèvre.

Gutenberg doit pour partie la création de l'imprimerie à sa formation d'orfèvre.

Références

  • Cet article est partiellement ou en totalité issu de l'article intitulé « Orfèvrerie » (voir la liste des auteurs).
  1. a et b Ferdinand de Lasteyrie, Histoire de l'orfévrerie depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours, Paris, Hachette, , p. 1-2
  2. (fr) [PDF] Journal Officiel, arrêté du 12 décembre 2003 fixant la liste des métiers d'art. Lire en ligne. Dernière consultation le 7 janvier 2010.
  3. (fr) Fiche métier sur le site de l'ONISEP. Dernière consultation le 7 janvier 2010.

Liens externes

  • Notices d'autoritéVoir et modifier les données sur Wikidata :
    • Bibliothèque nationale de France (données)
    • Bibliothèque du Congrès
    • Gemeinsame Normdatei
    • Bibliothèque nationale d’Israël
    • Bibliothèque nationale tchèque
  • Notices dans des dictionnaires ou encyclopédies généralistesVoir et modifier les données sur Wikidata :
    • Enciclopedia De Agostini
    • Encyclopædia Britannica
    • Gran Enciclopèdia Catalana
  • icône décorative Portail de l’histoire de l’art
  • icône décorative Portail des arts décoratifs
  • icône décorative Portail du travail et des métiers
  • icône décorative Portail de la métallurgie